Le Sentier du Paradis | Des pieds à l’âme
Pèlerinage de Champsecret au Mont-Saint-Michel, une invitation au mystère...
pelerinage, randonnee, marche, mont-saint-michel, initiatique, mont saint michel, bertrand leroy, porte mystérieuse du mont saint michel, sentier, le sentier, le sentier de daath, secret knight, champsecret, archange, saint-michel, chemins de saint michel, miquelot, vacances, normandie, initiation, alchimie, vers soi, pèlerin, pèlerinage, pelerin, chamanisme, colibris, oasis, énergie, graal, quete, quête, chemin, chevaliers, christ, templiers, légendes, chemin de saint jacques, neostalker, orne, bivouac, aventure, spirituel, groupe, mystique, trek, trekking, ici et maintenant, pelerinage saint jacques, pelerinage saint michel
17911
post-template-default,single,single-post,postid-17911,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Des pieds à l’âme

Des pieds à l’âme

pelerin-renouveau-via-francigenaAprès une première journée de marche, je me réapproprie mon corps et lui dis merci. Quelle allégresse que de se sentir vivant et en bonne santé !La traversée des bocages Normands et l’air pur des forêts, l’échange et l’écoute de l’autre… Cette première journée m’a fait du bien, je mens apaisé, ici et maintenant.Le lendemain, et les jours d’après, le sens étymologique du mot « pèlerin » apparaît plus explicite. Il se pèle, retire des peaux jusqu’à retrouver son centre, son cœur, son essence. Cela renvoie directement à l’image du Christ, qui ouvre son cœur flamboyant. Il le pointe du doigt comme une direction à suivre, un point sur lequel se focaliser « car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur ».

La souffrance physique mais aussi mentale, se fait sentir : « Que suis-je venu faire ici ? Pourquoi ? Tout cela n’a pas de sens ». Et c’est à ce moment que le vrai travail commence. Un travail introspectif avec comme seul support : soi-même. Il y a aussi les compagnons du Sentier : cela rappelle à quel point l’entraide, la compassion et l’humilité sont des valeurs simples et manifestes. Sans les remparts de jugements, plus de réceptivité aux autres, et à l’autre. Sans doute le fait de redécouvrir l’extérieur, en laissant de côté l’identité que l’on s’est façonné des expériences passées et qui occulte tant la perception : l’égo. Cet extrait du psaume en est une bonne illustration « pas pour nous Seigneur, mais en Ton nom et pour Ta gloire. » Ce n’est pas un concept. L’Être, Dieux, la Vérité… un mot dont le choix est laissé à chacun. Cette expérience je l’ai fait grâce au pèlerinage. Marcher, se dépouiller, c’est faire de la place pour accueillir l’autre, laisser passer la lumière… N’est-ce pas le but premier d’une voie initiatique ?

Après quelques jours de marche, et quelques milliers de pas, j’arrivai au Mont. Fier de ce que j’avais accompli, j’étais loin de me douter que ça n’était en fait que le début. Arrivé à hauteur de la Merveille, une énergie qui n’était pas une sensation m’envahit petit à petit malgré moi. Des larmes coulent le long mes joues. Quelque chose d’invisible est en train de se produire. Mon corps entier se met à vibrer. Des images de mon enfance remontent la surface puis se dissolvent. Je ris, je pleure, je tremble. Je ne comprends pas, je n’ai plus aucun contrôle. Puis « Je » disparais un instant pour laisser la place à l’instant, l’amour du présent qu’il est donné à chacun de recevoir lorsqu’il se retrouve à sa place. Ni désir futur, ni regret passé. Seulement Ici et maintenant, dans la communion avec ce qui Est ; L’impression d’un amour universel et inconditionnel m’envahit, totalement différent d’un sentiment ou d’une émotion. « Je m’abandonne… » A la fois signe d’encouragement et d’avertissement, comme pour me souvenir, cette expérience reste l’une des plus marquantes qu’il m’ait été donnée de vivre. Aussi je garde la loi et j’ai moins peur de manquer, « car quiconque demande, reçoit, celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe.

Un pèlerin (parmi tant d’autres)